QUELQUES LIVRES POUR LA JEUNESSE

 

Yaël Hassan,

J’ai fui  l’Allemagne Nazie. Journal d’Isle, 1938-1939,

Gallimard jeunesse, collection Mon Histoire, 11+

 

J’ai fui l’Allemagne Nazie est écrit sous forme de journal. Isle est une jeune fille juive d’une douzaine d’années qui habite à Berlin. Nous sommes en 1938. Son père lui a offert un cahier en lui souhaitant de trouver un peu de réconfort dans l’écriture, surtout que son institutrice a souvent fait l’éloge de la qualité de ses productions écrites.  

C’est sur un sentiment de révolte qu’Isle ouvre son journal, le 15 novembre 1938, au lendemain de la « Nuit de cristal ». Elle raconte le chemin vers l’école alors que les trottoirs sont encore jonchés d’éclats de verre. A ses côtés marchent ses deux amies, qui n’ont pas un mot pour condamner l’horreur.

A peine arrivée en classe, Ilse et Renate se voient obligées de quitter l’école, suite aux nouvelles mesures anti juives. Là encore, Ilse espérait un mot de réconfort de ses camarades, mais rien ne vient.

Désormais, Ilse restera à la maison, où son père, ancien professeur d’université renvoyé  pour les mêmes raisons lui donne cours. Les journées sont longues et la tension croît entre les parents : la mère veut quitter l’Allemagne au plus tôt, le père se montre confiant, mais refuse surtout d’abandonner ses vieux parents, trop âgés pour entreprendre un voyage hasardeux et difficile. Ce sont les grands parents qui font finalement promettre aux parents de partir au plus tôt, évoquant l’avenir de la fillette.

Mais les démarches de demande de visas s’annoncent beaucoup plus difficiles que prévu, et le père perd courage. Les Etats Unis les refusent, et le père rejette l’option de partir pour l’Angleterre où sa sœur a fui depuis plusieurs mois déjà, de crainte d’être à sa charge. Ilse ne comprend pas la réaction de son père : ce sursaut d’orgueil lui semble déplacé.

 

Reste la possibilité de partir pour Cuba. Après des démarches difficiles et de longs moments de découragement, des brimades et de grosses dépenses, Ilse et les siens partiront pour Cuba début mai avec un minimum de bagages.

Après ces longs mois de privations, les humiliations qui accompagnent un embarquement qui semble compromis jusqu’à la dernière minute, la croisière sur le Saint-Louis - un immense paquebot de luxe - semble un rêve. Ilse y redécouvre le sentiment d’être un être humain, le droit au respect. Elle y noue aussi des amitiés avec d’autres enfants de son âge, compagnie d’autant plus précieuse  après les longs mois d’isolement qu’elle vient d’endurer. Les jeunes y échangent leurs idées, leurs expériences, leurs rêves. Certains souhaitent s’installer en Eretz Israël.

Mais voilà qu’arrivés à la Havane, les passagers déchantent : les autorités cubaines refusent de laisser débarquer les passagers sous prétexte que les visas délivrés ne sont pas en règle. Ils exigent des sommes astronomiques pour légaliser la situation, sommes que personne n’est en mesure de payer. Commencent alors des journées d’incertitude, puis d’angoisse. Les Etats Unis sont contactés et refusent au bateau l’autorisation d’accoster, de même que l’Europe. Les passagers sont prisonniers sur le bateau, et le commandant, furieux, reçoit l’ordre de quitter le port de Cuba. Il faut retourner en Allemagne. Finalement, le Joint Committee pour l’Europe offre une solution : quatre pays européens acceptent d’ouvrir leurs portes – l’Angleterre, la France, la Belgique et la Hollande.

Les amis se séparent en se promettant de se retrouver après la guerre. Mais Ilse seule aura survécu, et c’est de Miami où ses parents se sont installés au lendemain de la guerre qu’elle clôt son journal en 1948 sur un bien triste bilan.

Un texte émouvant, très bien écrit, inspiré de la véritable histoire du Saint-Louis et complété par un petit dossier.

Je tiens à signaler la magnifique présentation de l’ouvrage, présenté sous forme de cahier, imprimé sur du papier vieilli et dont les pages semblent avoir été découpées au coupe-papier.

 

Tamara Kawam



 

Retour au sommaire


- Copyright © 2007: Moïse Rahmani -