Logo sefarad.org

Milantia Bourla Cortes

Madeleine Malraux - Avec une légère intimité. Le concert d'une vie au cour du siècle par Cécile Malraux (28/02/2013)


par Milantia Bourla Cortès
    MENU    


INDEX
HUMEURS LITTERAIRES
LU POUR VOUS

PRECEDENTE Page

SEFARAD.org

LOS MUESTROS

AIDEZ-nous

Madeleine Malraux
Avec une légère intimité
Le concert d’une vie au cœur du siècle
Céline Malraux
Edition Baker Street Larousse
ISBN 978/2/03/586149/8
 
Madeleine Lioux est née en 1914. Pianiste, à vingt ans, elle obtient le premier prix du conservatoire à Toulouse. A 29 ans, elle  épouse  Roland Malraux, le demi-frère du déjà célèbre  André Malraux .
C’est la guerre. Les trois frères Malraux sont dans la Résistance. André, avec  un grand passé de militant antifasciste où il a risqué sa vie en Espagne, est écrivain et a été récompensé en 1933  du  prix Goncourt pour " La Condition Humaine ". Il a déjà publié "La Voix Royale" et "L 'Espoir ".  Son emprisonnement pour le trafic d'antiquités khmères en 1924 est bien derrière lui.
En 1944, Roland   est arrêté par la gestapo. Madeleine est enceinte. C’est à partir de ce moment, que par solidarité familiale, André  décide de l’héberger.  Il  vit avec Josette Clotis, une jeune romancière, depuis  une dizaine d’années, dont ils ont deux fils. Amoureuse, Josette ne cesse  d'implorer Malraux de l’épouser afin que les deux fils soient reconnus, mais celui-ci est toujours marié à Clara Goldschmidt qui ne veut pas lui accorder  le divorce pour des raisons de survie : c'est la guerre ; elle est juive, et a besoin  non seulement de conserver le nom de Malraux, mais aussi et surtout, ses entrées dans les milieux de la Résistance  afin de se cacher.
Malraux à contre cœur acceptera ce refus du divorce  afin de  préserver leur fille unique, Florence née en 1933.
Clara Goldschmidt fut la première épouse d’André Malraux, elle le rencontra en 1920 à Paris âgé de 20 ans, il était un dandy brillant prétentieux, directeur d’une collection chez Gallimard. La fortune des Goldschmidt lui permettra de prendre son envol.
Il dilapidera la fortune de Clara, lui révélant vingt ans  plus tard : «  je ne vous ai épousée que pour votre argent ».
Roland meurt et Madeleine accouche  d’un fils, Alain, qui ne connectera jamais son père.
Au même moment, celle qui partage la vie  d’André décède tragiquement, écrasée par un train.
Nous sommes en 1945, André propose à sa belle-sœur Madeleine de partager avec lui une grande demeure à Boulogne. Madeleine s ‘installe à l ‘étage avec son fils et les deux autres fils de Malraux et l ‘écrivain en dessous.
En moins d’un an,  le couple se forme. Malraux, grand  collectionneur, hyper raffiné, esthète et très  exigeant dans le choix de l’aménagement des lieux,   est très fier de sa talentueuse pianiste  qui donne  des concerts dont la préférence va à l’œuvre d’Erik Satie. Le double piano créé pour l’Exposition universelle de 1937 emplit le salon de Boulogne d’un panache grandiose.
 Madeleine est une artiste, calme, féminine mais pas une féministe ; elle ne se précipitera pas du tout aux urnes en 1945 quand les femmes obtiennent le droit de vote.
                                            
 
Malraux entame  une carrière politique auprès du Général de Gaulle  qui est pour lui : « l’incarnation de la France  ». Il est nommé  ministre de l’information puis celui de la culture. Il engage  Raymond Aron comme directeur de cabinet.
De plus en plus, Madeleine doit mettre une parenthèse à sa carrière musicale afin de tenir son rang d’épouse de ministre, et de quel ministre ! Il est partout,
Il représente l’art et la splendeur de la France.
Les habitués de Boulogne sont Gide, Fautrier, Sartre, Braque, Beauvoir, Camus,  Koesler, le physicien Oppenheimer et tant d’autres.
 
Décembre 1945, Madeleine cite dans son journal que : «  depuis un mois se tient le procès de Nuremberg. Le public apprend aujourd’hui le massacre de six millions de juifs. L’Europe malade de sa guerre vomit ses atrocités… ».
 
Fréquemment en voyage officiel, accompagnant son mari, entre New York , l'Inde, l'Amérique du sud, l’Egypte , l’Italie, l'Afrique, l’Orient , l’Extrême Orient  Madeleine mène une vie palpitante, mondaine, assistant à toutes les expositions, tous les concerts ,  fréquentant régulièrement les de Gaulle, Pompidou , Kennedy ,  Balthus, Nehru,
 Gâtée, elle a des nurses  pour éduquer ses trois garçons encore en bas âge , Malraux met à sa disposition chauffeur, cuisinière et femmes de chambre. Invitée d’honneur elle  assiste aux défilés des grands couturiers et s'habille chez Chanel, Dior,Lanvin, plus tard, chez Yves Saint-Laurent. Son mari ne disait-il pas : Un homme riche doit avoir une femme qui aime l 'argent, sinon où trouve-t-il sa satisfaction ?"
Madeleine rencontre Florence Malraux, la fille de Clara, âgée de treize ans ; elles  maintiendront des liens tout au long de leur vie.  Clara en souffrira.
Durant quinze ans, Madeleine vivra sereine et  épanouie jusqu'au nouveau drame de 1961 : la mort accidentelle, en voiture,  des deux fils de Malraux dans leur vingtième année.
Madeleine perçoit immédiatement des signes dangereux  chez cet homme et dans son couple.
Malraux devient méchant,  dépressif, alcoolique. Ses tics dus au  syndrome de Gilles de la Tourette sont de plus en plus visibles. Méprisant, il impute à Madeleine son état qui se dégrade…
Suite à l'attentat de Boulogne revendiqué par l'OAS en 1962, Georges Pompidou, alors Premier ministre du général  met à disposition des Malraux le domaine de «  la Lanterne », une dépendance du château de Versailles.
André va  tout redécorer.  II adore cela. Madeleine a encore l'enthousiasme de donner de somptueuses réceptions pour des invités prestigieux : les Kennedy, l'empereur du Japon, le Shah d’Iran, Chagall…

Malraux retrouve un amour de jeunesse : Louise de Vilmorin, qui fut fiancée à Saint-Exupéry. Malraux a besoin de changement, de grandeur, d’une nouvelle envolée.  Louise est noble,  belle, riche,  frivole, très snob, elle tient salon (et sa cour) dans son château où le tout-Paris se presse. Elle lui fait tourner la tête.  Malraux a toujours gardé  un complexe social dû à ses origines dont il ne veut jamais parler : son enfance de parents divorcés qui le fera vivre avec sa mère, sa grand-mère et sa tante épicière à Bondy. Lui, l’autodidacte qui n’a jamais eu le baccalauréat, a besoin en permanence de faste et de reconnaissance.
«  Pas folle la guêpe » dira Madeleine apprenant  qu'il fait inscrire aux monuments historiques le château de Verrières-le-Buisson afin que les Vilmorin retrouvent les fastes d’antan.
En 1963,  Paris bruisse que Malraux, ce grand séducteur, ne veut plus de Madeleine.
Le couple se sépare, Yvonne de Gaulle est choquée et traite Malraux de diable.
Une  toute nouvelle vie débute pour Madeleine qui part aux Etats Unis rejoindre des amis.
Elle entame une psychothérapie avec le célèbre Dr Rudolph Lowenstein ;
De multiples occasions se  présentent pour la concertiste. Tout le monde la réclame, mais Madeleine qui est encore jeune, belle élégante toujours femme de ministre, n’est pas dupe,  elle sait bien que le nom de Malraux qu’elle conserve lui sert de sésame…
 Collaboratrice et amie fidèle de Nicolas Nabokov, Isaac Stern, André Meyer, Georges Balanchine, elle conservera toute da vie  ses relations , tout comme avec  ses deux grandes  amies Jackie Kennedy  et  Claude Pompidou.
Avec cet ouvrage, écrit tel un journal, grâce à sa petite-fille Céline qui prend des notes, Madeleine se remémore les pans de sa vie entre avril 1944 et novembre 2011.
Madeleine n’a eu qu’un seul amour, Roland, le père de son fils.
Ses joies n’auront été que son fils et sa musique.
Madeleine qui a aujourd'hui  99 ans, est considérée comme la plus discrète des femmes qui aient partagé la vie de Malraux. 
Malraux n'aura vécu avec Louise de Vilmorin que six mois interrompus par le décès de celle-ci à l’âge de 70 ans ; il se consolera les six dernières années de sa vie  avec la nièce de Louise, Sophie de Vilmorin, à laquelle il dira «vous savez que je ne peux pas vous épouser, mais je vous assume ». 
 
Il était temps, de faire connaître par ce très bel ouvrage enrichis de documents et de photos, cette femme réservée, tenace qui n’acceptera jamais de divorcer de Malraux.
 
Milantia Bourla Cortes

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2016