Pour plus de détails, cliquez sur l'image - Do you want to see more details? Just click on the picture!

 Elie Cohen pendu à Damas en 1965

Les brûlures de l'oubli

François Zimeray
Député Européen

Lorsqu'en en 2001, avec quelques parlementaires radicaux italiens, nous lancions l'idée de l'adhésion d'Israël à l'Union européenne, je voyais bien qu'au-delà d'une initiative purement politique, dont l'actualité force à regarder Israël avec d'autres yeux, nous mettions le doigt sur un sujet brûlant, nous suscitions un débat sans fin. Les Israéliens sont-ils des européens en exil ? Ou au contraire, la part d'Orient n'est-elle pas la plus forte ? Durant vingt siècles, les Juifs ont aussi vécu en terre arabe, ils ont vécu avec les Arabes, ils ont parfois été Juifs arabes.
L'extermination des Juifs d'Europe a relativisé dans les mémoires les souffrances endurées par leurs frères en Dar-el Islam. Que sait-on vraiment de leur passage et de leurs souffrances ? Que sait-de ce tunnel qui les attendait au bout de la lumière ? Pourquoi les Juifs du soleil se sont-ils séparés de ces lieux qui leur ressemblent tant ?
La plupart n'eut pas le choix. Mais il est vrai que pour beaucoup il ne s'agissait pas seulement de quitter une terre pour une autre terre mais une terre pour une langue, une terre pour des valeurs. Israël bien sûr, mais aussi la république Française, devinrent aux yeux des exilés, des lieux d'accomplissement des promesses prophétiques. C'est vrai, Moïse Rahmani, que l'histoire est injuste et qu'elle n'a pas retenu cet exode que ni les gouvernements, ni l'ONU n'avaient vu. Oui c'est un exode oublié, mais cet oubli est souvent volontaire, en particulier chez ceux pour lesquels l'accablement d'Israël est une respiration. "Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du Monde" écrivait Camus. Vous dites les choses avec honnêteté et humanité, et ce rappel est bien la moindre réparation.