Pour plus de détails, cliquez sur l'image - Do you want to see more details? Just click on the picture!

Avant-propos

Pourquoi ce livre ?

 

Il n’y pas de phénomène aussi absurde ni aussi stupide que l’antisémitisme.

Et pourtant il a existé, il existe encore. Il traverse les siècles et pervertit les esprits. Il a tué, il tue et  continue à tuer.

 

L’antisémitisme est la cause du départ des Juifs vers Israël, le seul pays au monde où, comme le disait Herbert Pagani z"l, «lorsqu’on traite quelqu’un de sale Juif c’est  parce qu’il ne s’est pas lavé», ou vers l’Amérique du Nord.

Et pourtant les Juifs, plus que quiconque, ont contribué à la formation de l’Europe. Les prix Nobel,  trustés avant la Shoah par l’Allemagne, sont aujourd’hui récoltés par les Etats-Unis.

 

On attribue au sinistre Joseph Goebbels cette citation « Plus un mensonge est gros, et plus les gens y croient ».  Nous le savons et le Musée de la Tolérance à Los Angeles en a fait sa pierre angulaire : « C’est par la parole calomnieuse que tout crime trouve sa raison

 

Sur quel terreau l’antisémitisme s’est-il répandu ? Ce virus s’est étendu grâce à un faux. Un  faux responsable de la mort de millions d’innocents. Un faux propagé par l’Eglise pour écarter, pour annihiler le judaïsme : le crime de déicide. C’est ce que croient aujourd’hui encore, selon un sondage de l’Anti-Defamation League (ADL) du 20 juillet 2007, vingt pour cent des Occidentaux et quarante pour cent des Polonais. Les Juifs, non seulement ceux d’il y a vingt siècles, mais tous les Juifs y compris ceux à naître, sont coupables d’avoir « tué » Dieu !

 

Telle est la base de l’antisémitisme et c’est donc elle qu’il faut extirper. Le seul à pouvoir le faire, le seul qui ait autorité pour l’imposer, du Vatican jusque dans la plus petite église du plus misérable village, en tous pays du globe, c’est vous, le Pape, chef de cette Eglise. Votre parole dépassera le monde chrétien ; elle touchera aussi le monde musulman. C’est un acte de repentance clair, sans équivoque, qu’il vous incombe d’énoncer, de faire appliquer, de faire respecter.

 

Je ne pense pas, un seul instant, que vous entendiez accorder une prime à l'antisémitisme. Néanmoins vous recevez, dans votre résidence d'été de Castel Gandolfo, le 4 août 2007, le père Tadeusz Rydzyk, le directeur de Radio Maryja, une radio catholique polonaise coutumière d'un  discours antisémite virulent. De nombreuses voix, tant en Pologne qu'à l'étranger, interpellent régulièrement le Vatican afin de faire cesser la dérive judéophobe de cette radio. La Confédération européenne des radios catholiques refuse, en raison de son contexte antisémite, d'accepter Radio Maryja en son sein. Et pourtant vous accordez une audience à son directeur et, à sa demande, bénissez sa radio. (Source Jurek Kuczkiewicz, Le Soir, Bruxelles, 8 août 2007, p. 12.) Comment l’interpréter ?

 

Ce mensonge, ce faux, cette imposture, se vérifie aujourd’hui dans le monde arabo-musulman qui le reprend à son compte : Jésus n’est plus Juif mais est « Palestinien », le Palestinien toujours crucifié par le Juif et cela bien que l’islam ne reconnaisse aucune nature divine au fils de Marie.

 

Votre Sainteté, faites cesser le crime. Il est grand temps de rétablir, urbi et orbi, la vérité.

 

C’est le coeur lourd que je m’adresse à vous en espérant que cette lettre trouvera le chemin du vôtre car

 

«Regardez et voyez s’il est une douleur pareille à ma douleur.»

Lamentations I,12.