Bush Sharon assassins.

Lorsque quelqu'un te dit qu'il veut te tuer, crois-le !
                                                    (Menahem Begin)


AVANT – PROPOS

 

Ce n’est pas seulement la guerre en Irak qui plombe le ciel et envahit les esprits.  Les vieux démons resurgissent.  Israël fait l’objet d’attaques permanentes.  Insidieusement, le conflit israëlo-palestinien s’exporte chez nous avec les dérapages que l’on connaît bien : la critique du Juif, l’antisémitisme.

 Comment, dans une période aussi troublée, trouve-t-on des intellectuels à ce point peu doués de discernement qu’ils se livrent, comme dans la lettre à Noa, à une attaque maladroite, inexacte et dangereuse d’Israël et de la Communauté juive ?

 Il fallait que Noa réponde, avec passion, parfois même avec le désespoir de celle qui ne comprend pas qu’on veuille fuir la vérité.

 J’étais en Israël, il y a peu de temps.  J’y ai rencontré, avec les amis qui m’accompagnaient, des représentants du monde politique, économique, social, …  J’ai vu un pays qui vit la tête haute, malgré le terrorisme qui ensanglante de nombreux enfants d’Israël, car ce sont les jeunes qui souvent sont les victimes des bombes humaines.  Et ce pays digne dans la vie, l’est aussi dans la souffrance et la mort.

 Mais j’ai vu aussi un pays tourné vers l’avenir, qui croit profondément au développement et le prouve d’ailleurs depuis des dizaines d’années.

 J’ai vu un pays profondément démocratique qui se paie même le luxe d’une crise politique et d’une campagne électorale alors que le terrorisme frappait le pays.

Quel pays arabe proche d’Israël peut se targuer d’avoir organisé une démocratie parlementaire ?

 Tout cela, je me le rappelle, lorsque, comme parlementaire, je suis confronté à des résolutions, des interpellations caricaturales jusqu’au dégoût, des propositions qui manifestement sont dirigées contre Israël.

 Périodiquement, les mêmes documents ressortent : on y parle d’Israël agresseur, on demande de mettre fin aux accords d’association européens avec Israël.  On demande le boycott scientifique et universitaire…  Dans l’absurde loi de compétence universelle, on met Sharon en accusation –alors que l’affaire a déjà été jugée en Israël- et tout le débat parlementaire a clairement montré que c’est Sharon dont de nombreux parlementaires voulaient « la peau politique ».

 C’est tellement vrai d’ailleurs que lorsqu’une plainte a été présentée contre Bush père, Colin Powell et d’autres responsables américains, on s’est efforcé de changer la loi…  dans un premier temps, en laissant intacte la possibilité de poursuivre Sharon !

 Alors, face à tout cela, je me rappelle ce que j’ai vu et ressenti là-bas et,  avec quelques collègues, nous combattons ces textes totalement partiaux.

 Au moment où j’écris ces lignes, il existe un espoir que la modification de la loi sur la compétence universelle permette enfin de clôturer définitivement l’affaire Sharon.

 Tous ces textes « anti-Israël » sont bien orchestrés.  Alors que les Palestiniens organisent parfaitement leur propagande, Israël n’a aucune politique de communication, notamment en Europe.  Peut-être n’en ressent-t-ils pas le besoin, jugeant exagérée, à tout le moins peu crédible, la présentation des faits par l’autre partie.

 L’État israëlien a tort  car la propagande palestinienne « marche ».  Un seul exemple : on arrive à faire croire qu’Israël n’a jamais voulu la paix alors qu’à Camp David , notamment, Arafat  a eu la possibilité historique de signer un accord …  Mais c’est le chef terroriste qui a parlé alors, et non l’homme politique qu’Arafat n’a jamais été et ne sera jamais.

 La Communauté juive ne demande qu’à vivre de façon calme et tranquille, totalement intégrée dans la société  belge mais aussi consciente de ses racines.

Je ne peux pas comprendre qu’on la prenne pour cible d’attaques haineuses, dépassant parfois le verbe pour atteindre la personne, comme les agressions de rabbins à la sortie de synagogues.

Moïse Rahmani a permis à Noa de donner une magnifique réponse, digne, juste, parfois bouleversante.

Il fallait écrire ce livre.  C’est une contribution à la vérité.  C’est un message ferme et profondément humain que Moïse Rahmani nous transmet..

 

 

 

                                                                                  Philippe MONFILS

                                                                                   Sénateur

Président des Amis belges de l’Université Hébraïque de Jérusalem

Co-Président d’honneur de Belisraël