Fès

Moïse Rahmani

Fondée en 789 ses premiers habitants comptaient des berbères paiens ainsi que des chrétiens et des juifs auquel le rois Idris II assigne un quartier, le "Fundunk al Yahudi", le quartier des Juifs.

Grâce à la présence des juifs, Fès acquiert une place prépondérante dans le secteur commercial et, de ce fait, attire un nombre croissant d'intellectuels tels Judah ibn Qureyah (IX ème ), siècle, David ben Abraham Alfassi (X ème), Dinat ben Abrat et Juda Hayyûj (XI-XII ème ). Mais la personnalité la plus marquante reste Maïmonide qui passa cinq ans de sa vie avant de fuir pour l'Egypte, la ville étant tombée aux mains des fanatiques Almohades.

L'arrivée des séfardim clive la communauté en deux: d'un côté les megorashim et de l'autre les toshavim, les juifs indigènes. Les premiers émettent des takanot (décrets religieux) basés sur les coutumes espagnoles créant ainsi des frictions avec les toshavims mais emportent finalement le "contrôle" du funduk al Yahudi. La défaite des Portugais durant la bataille de al Qasr el-Kabir, en 1578, les incite a célébrer le "Pourim de los cristianos"

En 1912, deux semaines après l'établissement du Protectorat français, des émeutes éclatent à Fès; le mellah est saccagé et incendié. Les Juifs désarmés par les militaires français ne peuvent se défendre. 60 des leurs sont massacrés.

Fèz qui comptait en 1947 plus de vingt deux mille Juifs voit sa population rapidement décliner: en 1951 elle tombe à 12.548 personnes (soit près de 6% de la communauté juive du Maroc) et, en 1969, il ne restait plus qu'un millier de Juifs dans la ville. Aujourd'hui ? La communauté s'est désintégrée et les institutions juives n'existent pratiquement plus. Les écoles juives (L'Alliance, Ozar Ha-Torah et Em-ha-Banim) s'enorgueillissaient d'avoir un effectif de près de 3000 enfants en 1961.

Parmi les personnages issus de cette communauté, citons Najman ben Sunbal (1556), Samuel Hagiz (1596) Judaj Uziel (1603), Saul Serreo (1622), Samuel Sarfaty (1713), Juda Ibn Atar,, Hayim Ibn Atar, Abner Sarfaty (1884) et Isaac ben Danan (1900) et, plus proche de nous, Edouard Marelli, personnage clé de la vie communautaire juive du Luxembourg

Retour au sommaire


- Copyright © 1999: Moïse Rahmani -