Logo sefarad.org

Milantia Bourla Cortes

The decent one - un film de Vanessa Lapa


par Milantia Bourla Cortès
    MENU    


INDEX
HUMEURS LITTERAIRES
LU POUR VOUS

PRECEDENTE Page

SEFARAD.org

LOS MUESTROS

AIDEZ-nous


"The decent one", un film de Vanessa Lapa

 

Vanessa LapaLe dimanche 19 octobre 2014 a eu lieu à la caserne Dossin de Malines, Belgique, l’avant-première du film THE DECENT ONE réalisé par Vanessa Lapa.

 
Ce titre est le nom que donne la réalisatrice à Heinrich Himmler, Ministre de l ‘intérieur sous Hitler, chef de la SS et principal architecte de la politique d ‘extermination de la Shoah.
 
Ce film de 90 minutes d ‘une importance capitale est un documentaire réalisé à partir de plus de 700 documents dont 300 lettres numérotées échangées entre Himmler et sa première épouse , des lettres avec sa fille , des journaux intimes , des correspondances diverses avec sa maitresse , des films , des photos et même fait nouveau pour moi des dessins animés où le juif est représenté comme le méchant bossu au nez crochu volant tout le monde .
 
Tout ces trésors d ‘information proviennent en premier lieu d ‘un soldat américain qui, à la libération aurait trouvé cela dans la maison même d‘Heinrich Himmler qui venait de se suicider en avalant une capsule de cyanure. Par la suite, un israélien a acheté ces archives sur un marché de Bruxelles. De là, ces archives très bien conservées sont restées durant soixante ans sous un lit en Israël, et c’est le fils du propriétaire de cette malle qui a décidé son père d’en faire part de à un historien réputé en Israël.
C ‘est là que Vanessa Lapa, jeune journaliste belge vivant en Israël, réalisatrice de nombreux reportages pour la télévision, a eu connaissance de l’existence de ces documents.
 
Elle convainquit sa famille de racheter le tout afin d’en faire un film qui lui prendra 7 années de travail de recherches.
Visiblement il n y a pas eu de polémiques quant à la véracité de ces archives car la petite nièce d ‘Himmler, Katerin a directement été contactée et a accepté de collaborer à l ‘élaboration de ce documentaire, fournissant encore d ‘autres supports comme des films et des photos.

 Cette dernière fera les premières traductions de toute la correspondance.

 Ce fut un travail de titan pour arriver à finaliser ce film. Il a fallu trouver des producteurs et tout ce qui est nécessaire pour une réalisation, comme par exemple la mise en scène faite de voix off par des acteurs.

 Et le titre ? « The decent one », est un simple clin d ‘œil faisant référence au mot « décent » cité plus de mille fois dans les écrits retrouvés de la main d ‘Himmler. il se définissait comme un homme décent faisant de sa vie un parcours décent.
Sachant qu’Himmler a été l ‘un des plus proches collaborateurs d’Hitler, qu’il portait sur lui l’extermination des juifs par sa création des camps de la mort, rien, absolument rien de cela ne transparait dans ces lettres. Tout au long de sa très longue correspondance pleine de tendresse et de joies, Himmler nous interpelle au début pour nous écœurer par son manque total d’état d’âme.
 
Il mentionne parfois qu’il est en voyage à Auschwitz ou à Dachau, mais rien de plus.
 
Ces lettres sont assez intéressantes sous l’angle historique, et fascinant d’un point de vue psychologique. On découvre un homme simple, un homme bon, un papa adorable, un vrai decent man à qui tout réussit et qui croit jusqu’ à la fin, même si la guerre est déjà perdue, à la victoire du III Reich.
 
Il ne fait aucune mention donc de l’Holocauste, mais par contre est assez obsédé par l’image qu’il veut donner , non pas d ‘un être spécialement exceptionnel mais d’un homme normal , même banal , et surtout d’un décent .
 
Vanessa Lapa, par ce film, ne cherche pas du tout à nous faire revivre avec ces séquences filmées soit en musique soit en voix off, l’horreur de la persécution des juifs. Elle pointe juste le fait qu’Himmler comme la plupart des nazis avait comme mission entre autre la destruction systématique des juifs sans aucun problème de conscience, car pour eux cette « vermine « était juste une sous race nocive à éliminer pour le bien de l’Allemagne.

Vanessa Lapa, lauréate du prix du meilleur documentaire en 2014 au Festival de Jérusalem, a vu son film passer au Festival du film de Berlin, à New York, à Los Angeles, à Vienne, prochainement à Paris.

Nous lui souhaitons bonne continuation pour ses projections et interviews et espérons que le film remporte le succès qu’il mérite, et qu’il soit un support historique à propos de la banalisation par les nazis de l’holocauste.

Bravo Vanessa

Milantia Bourla Cortes


- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2018