Remerciements

 

 

 

Je tiens ici à exprimer ma reconnaissance à toutes celles et à tous ceux qui ont enrichi cet ouvrage en me fournissant proverbes et superstitions en pratique dans leur famille

 

Merci au Maître Haïm Vidal Sephiha pour m’avoir transmis des proverbes. Il œuvre depuis des décennies afin que le judéo-espagnol continue à vivre.

 

Merci à Albert (Al) Passy, auteur d’un dictionnaire judéo-espagnol anglais qui, des États-Unis maintient le flambeau.

 

Merci à Elyane Tarica qui, lors d’un dîner – succulent comme toujours – m’a suggéré l’idée de réunir ces coutumes qui se perdent dans la nuit des temps, mais qui sont ô combien encore actuelles et font le charme de nos cultures.

 

Merci à Nathan Weinstock, fin connaisseur et spécialiste du yiddish, pour les proverbes en yiddish qui enrichissent cet ouvrage. Ses sources sont Ignaz Bernstein, Jüdische Sprichwörter und Redensarten, rééd. Ulm 1988 et Benjamin Harshav,The Meaning of Yiddish, University of California Press, Berkeley 1990.

 

Merci à Rosy Bary et à Henri Meknouz, originaires du Liban, David Djemal, du Panama dont la famille est originaire d’Alep, en Syrie, à ce cher Nikos Stavroulakis, historien du judaïsme grec en général et crétois en particulier, de Khania en Crête, à Daisy Sadaka Braverman des États-Unis d’Amérique, originaire d’Izmir, à Eliane Karaguilla du Luxembourg, née au Liban, de mère stambouliote, à Güler Orgun, d’Istanbul et à Moshe Gormez de Paris de racine stambouliote, à « Joe la Gargoulette » chronique vivante du judaïsme égyptien et dont les écrits (et l’humour) font les délices de la liste Egyjews, à Murat Ruben, d’Istanbul, à Robin Gilman-Capon des États-Unis d’Amérique dont la maman est salonicienne, au Professeur Vivienne Roumani-Denn, directrice générale de l’American Sephardi Federation à New York, née en Libye, à Selim Amado de Turquie, à Peter Armstrong-See du Danemark, à Allegra Aksiyote du Mexique, originaire de Turquie, à Alberto Levy d’Argentine dont les parents sont de Salonique et d’Alep, à Suzy Pirotte née Vidal de Belgique, née au Caire, à Silmon Pilczer et last, but not least, à Albert Pardo pour son merveilleurx site plein de nostalgie sur le judaïsme égyptien à qui il redonne vie..

 

Merci à Albert Israël de Bruxelles, originaire de Rhodes, à Joseph Eskenazi Pernidji du Brésil, stambouliote, à Isaac Azoze de Seattle et à Alec Nacamuli de Londres, natif d’Alexandrie et aux autres, tous les autres.


Merci doublement à Rivka Cohen, sépharade d’Etterbeek (une des communes de Bruxelles) comme elle se définit, pour sa grande connaissance des superstitions et son labeur de correctrice efficace.

 

Et enfin merci à mon ami Alain Vincenot pour avoir cru, dès le début, à ce livre et à Patrick Lefrançois pour l’avoir publié.